Skip to content

Bokanté

[English] [français]

L’hyperactif bassiste-compositeur Michael League, fondateur du collectif new-yorkais Snarky Puppyet du label GroundUP, présente Bokanté, un nouveau projet tourné vers les musiques du monde.

Le mot Bokanté signifie « échange » en Créole, la langue maternelle de Malika Tirolien qui a grandi dans les Caraïbes, en Guadeloupe. C’est en 2013, sur l’enregistrement du premier « Family Dinner » des Snarky Puppy, que Michael League invite la jeune chanteuse guadeloupéenne - québécoise d’adoption - Malika Tirolien. Elle pose alors sa voix ensoleillée, mâtinée de soul et de jazz, sur les titres « I’m Not The One » et « Sew ».

Ils se retrouvent aujourd’hui dans Bokanté, entourés d’un contingent des Snarky Puppy complété par les deux guitaristes du collectif, Chris McQueen et Bob Lanzetti. Ils sont rejoints par la légende des percussions Jamey Haddad (Paul Simon, Sting), le virtuose du lap-steel guitar Roosvelt Collier (Lee Boys, Karl Denson) et les percussionnistes André Ferrari (Väsen) et Keita Ogawa (Banda Magda, Yo-Yo Ma). Une instrumentation atypique qui croise les sons du désert et du delta, du blues et du kaladja caribéen, un ensemble diversifié riche en mélodie et en groove.

PNG - 245.3 ko

Le processus de création de ce projet initié par Michael League - qui a ici troqué sa basse pour une guitare baryton – fut tout sauf conventionnel. La musique et quelques unes des mélodies ont été écrites par League et expérimentées sur scène lorsqu’il était en tournée avec ses autres groupes. Il les a ensuite fait parvenir à Malika Tirolien afin qu’elle puisse en écrire les paroles et explorer d’autres mélodies. C’est de cette manière, par échanges croisés, que tout a commencé. Jusqu’au premier jour d’enregistrement, la plupart des musiciens ne s’étaient jamais rencontrés. Pourtant, la cohésion s’est vite installée entre les murs des légendaires Dreamland Studios, à New York : « L’unité a joué un rôle primordial dans la formation de ce groupe. » remarque Michael League. « Malgré la différence de culture, de langue et même de génération, nous nous sommes tous sentis connectés, aussi bien en tant que musiciens qu’en tant que personnes. Je ressens qu’en combinant nos accents, nous réussissons à obtenir une cohésion, un son poignant capable de toucher toutes les sensibilités du monde. »

Le premier album du groupe, intitulé « Strange Circles » , emprunte aussi bien à des sonorités "Zeppelin-esque" qu’aux rythmes de la musique caribéenne dans un mélange d’individualités fascinant, une approche empathique et lyrique. Chantant à la fois en créole et en français, les mots de Tirolien font résonner les luttes auxquelles nous confrontent le monde d’aujourd’hui - le racisme, la crise des réfugiés, une planète à l’agonie, l’indifférence face à la souffrance humaine – mais aussi la gratitude pour les choses qui nous unissent. A travers tout cela, Bokanté est une image vibrante de ce que l’on peut voir de meilleur dans ce monde : l’unité et l’amour - par l’échange.