Skip to content

Cécile McLorin Salvant

[English] [français]

"FOR ONE TO LOVE" - Grammy Award 2016 catégorie Meilleur Album de Jazz Vocal

Cécile McLorin Salvant s’est révélée au grand public avec l’album « WomanChild » en 2013. Son second album « For One To Love », expose brillamment les contrastes entre l’amour et l’envie, le plaisir et le désir, notamment à travers ses cinq chansons originales. Chaque composition ou reprise explore des thèmes sous-jacents de l’album et affiche la forte personnalité de Cécile, sa vive intelligence, son humour, sa lucidité et un romantisme absolu. En attestent sa version incandescente de “Wives and Lovers”, une magnifique composition de Burt Bacharach et Hal David, mais aussi « Growlin’ Dan » de Blanche Calloway, la première femme à avoir dirigé un orchestre composé uniquement d’hommes ! « What’s The Matter Now », initialement popularisé par Bessie Smith, est presque un oxymore : un plaidoyer pour l’équité interprété… à la manière d’un blues enjoué ! « Le Mal De Vivre » chanson écrite par la célèbre chanteuse française Barbara en 1966, est une ballade saisissante.

"For One To Love’" met en valeur la voix fascinante de Cécile : des aigus frémissants et des graves qui remuent l’âme, le tout livré avec grâce et style. Salvant a réuni le jeune pianiste déjà primé Aaron Diehl, accompagné de Paul Sikivie à la basse et Lawrence Leathers à la batterie. Ensemble, cet ensemble balance, swingue, comme suspendu aux cris, à la voix rageuse, fougueuse ou enjôleuse de Cécile. Artiste “totale”, elle pratique aussi les arts visuels et l’illustration comme en témoigne l’oeuvre originale qui orne le visual de l’album. Précision des attaques, justesse, sautes de registre, chaleur du timbre, thèmes abordés : la jeune femme étonne par tant de maturité et de maîtrise stylistique.

WOMAN CHILD

Cécile McLorin Salvant est née et a grandi à Miami, en Floride. Elle a commencé ses études de piano classique à 5 ans, de chant en chorale à 8 ans. Elle s’est très vite intéressée au chant lyrique et a commencé à étudier avec des professeurs privés, puis plus tard avec Edward Walker, enseignant à l’Université de Miami.

En 2007, Cécile est partie à Aix-en-Provence pour étudier le droit, le chant lyrique et baroque au Conservatoire Darius Milhaud. C’est à Aix, avec le professeur et musicien Jean-François Bonnel, qu’elle a découvert l’improvisation, ainsi que le jazz instrumental et vocal. En 2009, après une série de concerts à Paris, elle a enregistré son premier album, "Cécile", avec le Jean-François Bonnel Paris Quintet. Un an plus tard, elle remportait le Concours Thelonious Monk à Washington DC devant un jury formé d’artistes exceptionnels: Al Jarreau, Diane Reeves, Dee Dee Bridgewater, Kurt Elling, Patti Austin.
Elle a également suivi des études musicales à la New School de Manhattan, avec Jane Ira Bloom, Bill Kirchner, Hugo Goldenzweig, et Amy Burton.

Cécile McLorin Salvant aux Victoires du Jazz - juin 2014

Cécile interprète des chansons peu jouées et rarement enregistrées en essayant de mettre en valeur leur aspect théâtral. Elle commence à chanter en français et en espagnol et à composer des pièces instrumentales et vocales.

Elle jouit d’une popularité croissante en Europe et aux États-Unis, où elle se produit dans des clubs, salles de spectacles, et festivals avec des musiciens de renommée comme Jean-François Bonnel, Aaron Diehl, Rodney Whitaker, Dan Nimmer, Jonathan Batiste ou Jacky Terrasson... Elle chante pour la 2ème année consécutive pour la campagne publicitaire de « Chance» de Chanel. Cécile a également été l’invitée de Wynton Marsalis et son Orchestre Jazz at Lincoln Center. Elle vient d’enregistrer son album "WomanChild" paru début 2013 sur le label Mack Avenue avec Aaron Diehl, Rodney Whitaker, Herlin Riley et James Chirillo. Un album qui rencontre un succès croissant !

Yves Sportis de Jazz Hot a écrit: «… l’aisance et l’aplomb qui révèlent instantanément le talent... aucune intonation, nuance, aucun accent, n’a semblé être négligé, une sorte de perfection naturelle de forme et de voix qu’on ne trouve que dans la culture possédée par une artiste… » et Alex Dutilh de France Musique : « …côté naturel, la belle est désarmante. Le genre de technique vocale tellement éblouissante qu’elle annihile tout sentiment d’effort, donc de présence d’une technique. Précision des attaques, justesse, sautes de registre, chaleur du timbre ».

Cecile McLorin Salvant - I Didn’t Know What Time it Was from Mack Avenue on Vimeo.

Cécile a été l’invitée des festivals de Vienne, Ascona, Whitley Bay, Montauban, Foix...et de Wynton Marsalis au Lincoln Center de New York et au Symphony Center de Chicago ainsi qu’avec sa propre formation au Kennedy Center, Festival de Jazz Spoleto USA, Edinburgh Jazz and Blues, Festival de Jazz de Detroit, etc.